DES LIEUX DE VIE

En Région bruxelloise, l’écart entre le besoin et l’offre de places pour les personnes handicapées mentales adultes est important.


Lors de la dernière étude faite il y a quelques années, il manquait  200 places pour rencontrer la demande effective en centres d'hébergement et également 200 places en centres de jour.


Les délais d'attente, qui peuvent être de plusieurs années, plongent les parents et leurs enfants dans l'incertitude et l'anxiété.


La situation est particulièrement dramatique pour les jeunes adultes. Exclus du système scolaire à 21 ans après avoir été stimulés à développer au maximum leurs possibilités d'apprentissage et leur capacité d'autonomie et de socialisation, les jeunes déficients mentaux se retrouvent le plus souvent à la charge de leurs parents.


Les conséquences peuvent se révéler dramatiques: régression dans le processus d’autonomie, perte des acquis faute de stimulations quotidiennes par des professionnels et danger de repli sur soi; perte d'emploi, précarisation, isolement, épuisement pour les parents.

Devenus plus âgés, ils représenteront une charge trop lourde pour les parents vieillissants ou se retrouveront seuls, ils auront alors perdu leur capacité à s'intégrer de manière satisfaisante dans un centre d'hébergement.


A ce moment, les hospitalisations risquent d'être beaucoup plus fréquentes avec comme conséquence un coût supplémentaire exorbitant pour la collectivité (coût de base d'une journée d'hospitalisation : 1.787 € pour la sécurité sociale ; coût d'une journée d'hébergement : +/- 100 euros pour la COCOF).


Les jeunes adultes handicapés doivent pouvoir évoluer dans des lieux de vie leur garantissant :

  • Un encadrement professionnel capable de les stimuler, de susciter l'élaboration de leurs projets et le développement de leurs aptitudes spécifiques par des activités adaptées à leurs capacités et souhaits.
  • Un environnement vivant et chaleureux qui offre une sécurité affective permettant de recréer une "deuxième famille" pour quand les parents ne seront plus là.
  • Le droit à la continuité de la prise en charge, à une vie relationnelle riche et à vieillir entourés.

Pour être rassurés sur l'avenir de leur enfant, les parents ont besoin que leur soit garanti :

  • Une place dans une structure adaptée à leurs souhaits, sans discrimination par rapport à la gravité du handicap ou aux moyens financiers.
  • Une prise en charge souple et multiforme adaptée à l'évolution de la personne et non l'inverse.
  •  

Constellations  participe à la solution de la problématique au-delà des besoins de ses membres, son action s'inscrit dans la durée et s'appuie sur ses partenaires.

 

Constellations a mené à bien deux  projets : ouverture d’une maison d’hébergement en 2008 Dix jeunes adultes porteurs d'un handicap mental modéré à sévère habitent cette maison, située chaussée de La Hulpe à Watermael-Boitsfort.

 

Et Constellations a ouvert en 2012/2013 40 places à Etterbeek (20 places en centre de jour et 20 places en centre d’hébergement) pour personnes lourdement handicapées. Ce projet est très important car il marque l’engagement de la Cocom à vouloir  résoudre le problème, notamment, en partenariat avec Constellations.

 

Ces trois maisons satisfont aux critères clefs de Constellations

Centre ou appartements de dimension humaine.

  • Hébergement de type familial avec une gestion communautarisée.
  • Chambre individuelle avec participation à la vie commune.
  • Encadrement professionnel, stimulant et attentif.
  • Projet de vie individuel (centre de jour, centre de travail intégré ou autres)
  • Proximité permettant l’intégration dans un quartier.

Et Constellations ne s'arrête pas là. Constellations vient d’achever son premier projet en partenariat avec l asbl « Villa pilifs » et travaille sur trois nouveaux projets en coopération avec les Asbl Timber (voir accueil), le Farra, et la Maisonnée